Téléchargez le dossier de presse de la tournée régionale 2021 des Villes et Villages Fleuris des Hauts-de-France

Télécharger
Dossier de presse Villes et Villages Fle
Document Adobe Acrobat 4.0 MB

Le label Villes et Villages Fleuris mis à l'honneur dans France Bleu Nord

Mise à l'honneur du label Villes et Villages Fleuris, de passage à Petite-Forêt (59). 

10/03/2021 et 30/03/2021 - Présentation du mode d'organisation du label en Hauts-de-France

Présentation aux communes qui recevront le jury régional cet été de la démarche de labellisation par les présidentes du jury des Villes et Villages Fleuris.

 

Retrouvez les documents présentés lors de ces visio-conférences ci-après : 

Télécharger
Présentation Power Point
Présentation du label aux communes à vis
Document Adobe Acrobat 6.2 MB
Télécharger
Grille d'évaluation nationale - CNVVF
Grille_évaluation_2020_VillesetVillages
Document Adobe Acrobat 1.6 MB
Télécharger
Guide aux communes
guide à l'usage des communes.pdf
Document Adobe Acrobat 3.6 MB
Télécharger
Livret de présentation du label avec aides régionales disponibles
Livret VVF 2020 - Impression.pdf
Document Adobe Acrobat 9.0 MB

Inscription à la campagne départementale des Villes et Villages Fleuris du Nord

La campagne départementale des Villes et Villages Fleuris du Nord 2021 est lancée !

Communes et particuliers

Vous souhaitez valoriser les actions menées par votre municipalité et/ou par vos habitants et/ou par vos professionnels du tourisme en matière d'embellissement du cadre de vie ?

 

Pour inscrire votre commune dans la démarche de labellisation et / ou des candidats particuliers et/ou un équipement touristique à la campagne des maisons et équipements touristiques fleuris, rien de plus simple :

Téléchargez le bulletin de participation, ci-dessous, remplissez-le et renvoyez-le avant le 25 avril à l'adresse indiquée sur le bulletin.

 

Pour tout renseignement, consultez l'onglet "démarche de labellisation" ou contactez-nous (cf. bulletin)

Télécharger
Bulletin de participation pour les communes et particuliers à la campagne départementale 2021
BULLETIN D'INSCRIPTION - Campagne VVF No
Document Adobe Acrobat 511.3 KB

Jardins familiaux et partagés

Vous souhaitez valoriser les actions menées par votre commune, association ou établissement dans vos jardins collectifs ?

 

Pour vous inscrire, téléchargez le dossier de participation, ci-dessous, remplissez-le et renvoyez-le avant le 25 avril à l'adresse indiquée sur le bulletin.

 

 

Pour tout renseignement sur ce prix ou sur les autres prix, consultez l'onglet "démarche de labellisation" ou contactez-nous (cf. bulletin)

 

 

Télécharger
Dossier d'inscription prix des jardins familiaux et partagés
Prix jardins collectifs.pdf
Document Adobe Acrobat 746.6 KB

Équipements touristiques

Vous souhaitez valoriser les actions menées par votre équipement touristique en matière d'embellissement du cadre de vie ?

 

Pour inscrire votre office de tourisme, votre gîte, chambre d'hôtes, meublé de tourisme ou votre équipement d'hôtellerie de plein air (camping ou aire de camping-car), téléchargez le bulletin d'inscription correspondant à votre type d'équipement ci-dessous, remplissez-le et renvoyez-le avant le 25 avril à l'adresse indiquée sur le bulletin (pour tout autre équipement, l'inscription se fait par la mairie grâce au bulletin ci-dessus).

 

Pour tout renseignement, consultez l'onglet "démarche de labellisation" ou contactez-nous (cf. bulletin)

Télécharger
Bulletin de participation pour l'hotellerie de plein air
Bulletin d'inscription Hotellerie de ple
Document Adobe Acrobat 509.7 KB
Télécharger
Bulletin de participation pour les gîtes, chambres d'hôtes et meublés de tourisme
Bulletin d'inscription Gîtes et Chambres
Document Adobe Acrobat 479.0 KB
Télécharger
Bulletin de participation pour les OT
Bulletin d'inscription OTSI 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 831.5 KB
0 commentaires

Espaces verts et crise sanitaire - Témoignage de Somain

Comment adapter la gestion et l’aménagement des espaces publics aux contraintes sanitaires ?

Retours d’expérience de la ville de Somain

Entretien avec Aurore BONDOIS, Directrice des services techniques et Nathalie CARON, responsable urbanisme et cadre de vie ainsi que membre du jury départemental des Villes et Villages Fleuris

Dès le 17 mars, les services techniques de Somain ont été fermés. Quant à eux, « les services administratifs ont continué leurs activités notamment par du présentiel ou du distanciel avec la mise en place du télétravail. Par contre, il n’y a plus eu d’accueil de public pendant la période du confinement. » indique Nathalie CARON.

 

Deux postes d’activités ont toutefois maintenu leurs interventions en effectif réduit pendant toute la durée du confinement, il s’agit de la propreté-voirie et de la logistique. Ainsi, les services ont poursuivi le ramassage des dépôts sauvages de déchets, les réparations urgentes de voirie et l’aménagement des salles, notamment pour l’installation d’un atelier de fabrication de masques à la salle des fêtes.

 

Aurore BONDOIS poursuit, « les services techniques ont ensuite repris leur activité très progressivement à compter du 27 avril : reprise de l’activité tonte et propreté urbaine en équipes restreintes, voirie le 4 mai et bâtiment le 11 mai. »

 

Chaque semaine un bilan a été réalisé afin de vérifier que les nouvelles règles adoptées, telles que l’arrêt des regroupements, soient bien respectées. A la fin de chaque semaine, si tout s’est bien déroulé, les agents sont autorisés à augmenter leurs nombres d’heures sur le terrain et de nouveaux agents sont autorisés à revenir la semaine suivante. Si ce n’est pas le cas, des ajustements sont prévus « ex : rappel des règles suite à trop d’attroupements ou décalage supplémentaire des créneaux d’embauche. » précise Aurore BONDOIS.

 

Les personnes les plus fragiles, quant à elles, reprennent progressivement depuis le 2 juin.

 

Aurore BONDOIS détaille les aménagements du temps et des conditions de travail mis en place pour la reprise de chaque agent des services techniques :

« Lors de leur retour les agents reçoivent le protocole et 2 masques en tissu. Le protocole est expliqué à chaque agent par la DST puis relayé régulièrement par les chefs d’équipes.

 

Voici quelques exemples :

- Le Centre Technique a été aménagé pour faciliter le lavage des mains

- Un sens de circulation a été mis en place

- Les rassemblements de plus de 5 agents ont été interdits

- Les agents partent sur le terrain avec des bouteilles d’eau et du savon pour se laver les mains

- Ils ont consigne d’appliquer les gestes barrière, d’utiliser leurs outils individuels ou de nettoyer ces derniers

- Ils ont des consignes de se déplacer seuls ou avec un masque

- Des horaires décalés ont été mis en place. »

 

Certaines des procédures élaborées pendant cette crise sanitaire seront pérennisées, notamment en ce qui concerne les protocoles de nettoyage des salles et du matériel de lavage.

 

A Somain, il n’y a pas que ces protocoles qui ont de beaux jours devant eux mais aussi la gestion différenciée !

 

En effet, l’instauration de ces nouveaux modes de gestion, visant à adapter l’entretien de chaque site à son usage, était en projet sur la ville mais pas encore mis en application. Les tontes n’ayant pu être effectuées sur certains espaces pendant ces deux mois, cela a permis à la nature de reprendre ses droits et à la commune se lancer dans l’expérience.

 

Gérer de manière extensive certains espaces ne signifie pas pour autant un arrêt de l’entretien. Ainsi, sur les sites qui le nécessitent toujours, « certaines prestations qui étaient prévues ont simplement été décalées ou sont anticipées pour permettre notamment aux clubs sportifs de profiter d’équipements bien entretenus » explique Nathalie CARON.

 

Toutes les entreprises sous-traitantes intervenant sur la commune ont soumis à validation un plan de prévention. « Notre prestataire pour l’entretien et la gestion des espaces verts de la communes nous a transmis un protocole de reprise d’activité reprenant les directives nationales émises par son groupe que nous avons dû valider. » souligne Nathalie CARON.

 

Le choix de passer par une prestation pour ces tâches a été motivé par le fait que la commune ne dispose pas de matériel important pour l’entretien des espaces verts. Aujourd’hui, ce choix est un atout car cela permet plus de flexibilité au niveau des interventions. En effet, pour retrouver le niveau de gestion attendu, un matériel plus important sera nécessaire sur certains sites, matériel dont l’entreprise dispose contrairement à la commune.

 

Jusqu’à présent, aucune plainte n’a été formulée à la mairie par les usagers concernant l’évolution des modes d’entretien, ce qui encourage la municipalité à poursuivre dans son projet. « Toutefois, la réouverture des espaces publics et la nouvelle gestion des espaces verts doit faire l’objet sur terrain et par le biais des outils papiers et internet d’une communication pédagogique. » déclare Nathalie CARON.

 

Au cimetière, la commune avait déjà engagé un projet de végétalisation avant la crise. Sa fermeture aurait dû permettre à la couverture végétale de trouver sa place, sans piétinement, mais c’était sans compter sur la rémanence des produits phytosanitaires utilisés durant de nombreuses années et qui ont rendu le sol complètement stérile. A cause de cela, des zones complètes du cimetière ont été détruites, entrainant une végétalisation non uniforme du lieu. La commune pense se servir de cette mauvaise surprise comme support pédagogique pour prouver la dangerosité de ces produits.

 

Le projet de la commune, toujours pour faciliter l’acceptation de ces modes de gestion, est d’associer la population dans la gestion de certains quartiers qui seront prochainement réaménagés.

 

En ce qui concerne les plantations, seules les plantations d’arbres sont reportées à l’automne. Les végétaux destinés au fleurissement estival ayant été commandés en novembre 2019, leur calendrier de plantation n’est pas impacté.

 

Parallèlement à l’engagement de la commune vers la mise en place d’une gestion différenciée de ses espaces verts une étude budgétaire a été lancée. L’objectif est de pouvoir analyser concrètement les économies réalisées sur les sites passés d’une gestion intensive à extensive.

 

En plus de réduire les coûts d’entretien, ce mode de gestion permet également d’assurer un suivi constant de l’entretien des sites même lorsque les effectifs du personnel sont réduits.

 

Concrètement et à plus court terme, à Somain, pour le déconfinement les priorités se sont portées sur :

- La reprise des tontes mais en suivant de nouveaux objectifs en terme de fréquence de passage

- La réalisation des travaux dans les bâtiments inoccupés.


Espaces verts et crise sanitaire - témoignage de Gravelines

Comment adapter la gestion et l’aménagement des espaces publics aux contraintes sanitaires ?

Retours d’expérience de la Ville de Gravelines, ville 4 fleurs

Entretien avec Jérôme DEKINDT, Technicien cadre de vie au service Parcs et Jardins

Membre du jury départemental des Villes et Villages Fleuris

 

A Gravelines, comme dans beaucoup de communes, toutes les activités du service ont cessé dès l’annonce du confinement.

 

Les semaines suivantes, « des dérogations de déplacements ont été accordées aux agents volontaires pour répondre à la nécessité de besoins de service », précise Jérôme DEKINDT.

 

La reprise de l’activité s’est faite très progressivement avec, dans un premier temps, un maintien des « missions de nécessité absolue de service pour ensuite s’étendre à des missions dites secondaires », poursuit-il. La collectivité a ainsi pu assurer une certaine continuité dans ses missions de service public.

 

Certaines missions n’ont jamais été arrêtées comme :

 

-          La production florale
-          L’abreuvage des animaux en écopâturage
-          La tonte
-          La réception des livraisons

 

Afin de pouvoir assurer le maintien de ces missions, des mesures visant à éviter au maximum le contact entre les agents ont été mises en place. Elles ont été complétées par des équipements spécifiques COVID, à savoir, gants, masques et kits de désinfection.

 

Avant la reprise de chaque agent, le service s’est assuré de l’absence de pathologie afin de garantir la sécurité des « personnes à risques ».

 

Pour les postes administratifs, la répartition entre télétravail et présentiel s’est faite équitablement, de manière à avoir le moins de personnes possible présentes ensemble sur site.

 

En ce qui concerne les agents de terrain, Jérôme DEKINDT explique : « Comme pour l’ensemble des services municipaux, un plan de reprise d’activité a été mis en place pour chaque unité en prenant en comptes les risques et spécificités de chaque mission. Ex : Travail en demi-équipe ; masques à prévoir, espaces fermés au public, 1 agent / véhicule »

 

Les activités qui n’ont pu être maintenues reprendront au fur et à mesure.

 

Ainsi, pour éviter leur stockage et leur entretien, les commandes de végétaux ont été reportées.

 

Pour ce qui est des chantiers, « seules les opérations répondant à certains critères ont été maintenues », assure le technicien. « Chaque entreprise a dû fournir un plan de reprise d’activité en indiquant les mesures et équipements spécifiques au virus COVID pour le chantier concerné ».

 

Parallèlement, pour Jérôme DEKINDT « Cette période de confinement a été un moyen supplémentaire d’accentuer la communication par la diffusion de reportages sur la gestion des déchets, notamment le compost ».

 

 

En effet, la commune disposait déjà, bien avant la crise sanitaire, de nombreux outils de communication autour de sa démarche environnementale tels que des panneaux d’information sur site et une récurrence d’articles dans le magazine municipal. Cela a favorisé l’acceptation de l’augmentation du délai d’entretien par la population, même si quelques plaintes ont toutefois malgré tout émergé.

 

Ce confinement a également eu ses côtés positifs notamment pour la biodiversité. Pendant ce temps, l’être humain a laissé sa place à la nature en témoigne l’apparition d’orchidées dans les pelouses et de chevreuils dans les dunes.

 

Les retards de gestion ne seront pas rattrapés, « on va simplement limiter le retard en se concentrant sur les tâches prioritaires », déclare le technicien.

 

Reprendre la gestion de certains sites engendrera inévitablement un volume de déchets verts beaucoup plus important qu’habituellement mais, pour Gravelines, aucun problème, car « l’ensemble des rémanents est recyclé/ transformé et ensuite réinjecté dans nos massifs ou sur nos différents sites en gestion » affirme-t-il.

 

Le tissu économique français est aussi une préoccupation pour la municipalité. Ainsi, les marchés et les commandes seront relancés le plus rapidement possible afin de limiter au maximum les conséquences pour les fournisseurs ou prestataires locaux.

 

Budgétairement parlant, seul le calendrier va évoluer. En effet, un maximum de projets prévus sera tout de même réalisé mais sera concentré sur un délai plus court afin de respecter l’année budgétaire initialement prévue.

 

Afin de réduire les coûts induits par la gestion des espaces verts dans un contexte où les effectifs du personnel sont réduits et où chaque tâche prend plus de temps d’exécution en raison des nouvelles procédures mises en place, « plusieurs mesures sont déjà envisagées afin de décharger nos agents de la gestion de certains espaces et ainsi concentrer notre service sur d’autres missions. » projette déjà Jérôme DEKINDT.

 

« Voici quelques exemples

 

-          Développer davantage les jardins participatifs,
-          Maintenir et accentuer la communication sur la gestion   différenciée,
-          Accentuer les fauchages tardifs et l’éco pâturage,
-          Impliquer le conseil municipal des jeunes sur l’attribution et la gestion de certains espaces »

 

 A plus court terme, les priorités dès la fin du confinement se concentreront sur :

-          L’entretien des sites scolaires
-          L’arrachage des bulbes dans les massifs en vue de préparer les plantations annuelles
-          La taille de sécurisation des arbres suites aux dernières tempêtes